Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Table ronde : « Protection sociale et droits citoyens des enfants vulnérables en Afrique »

Date : Jeudi 03 octobre 2013, 15h à 18h – Lieu : CODESRIA

Nombre de visites : 4478

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) vous convie à la table ronde qu’il organise à son siège le jeudi 03 octobre 2013 de 15h00 à 18h00 sur le thème « Protection sociale et droits citoyens des enfants vulnérables en Afrique ».

Les effets dévastateurs de la pauvreté, des problèmes de santé, de la malnutrition et du faible niveau d’éducation affectent le développement physique, affectif et cognitif de millions d’enfants en Afrique, des enfants qui sont surreprésentés parmi les pauvres. En fait, si la pauvreté prive les personnes de tous âges d’opportunités, plusieurs raisons essentielles militent pour une approche centrée sur la protection sociale de l’enfant. Premièrement, les enfants ont droit à la protection sociale et à ce que leurs intérêts soient pris en compte dans les politiques. Deuxièmement, les enfants sont les plus exposés au risque de pauvreté du fait qu’ils ne sont pas des acteurs économiques indépendants et qu’ils dépendent de la répartition des ressources au sein de leurs foyers ou de leurs communautés. Des mesures et des études sur la pauvreté axées sur les enfants sont cruciales pour fournir des informations concernant cette répartition et ses implications pour une protection sociale sensible à leurs besoins et préoccupations.
En effet, on comprend encore beaucoup trop peu la façon dont les enfants sont confrontés à la pauvreté et à la vulnérabilité, et ce que l’appauvrissement signifie pour eux, ou comment leurs perceptions et leurs priorités interagissent avec celles des communautés locales et des programmes des organismes locaux, nationaux et internationaux.

La table ronde s’inscrit dans le cadre de l’Institut sur l’Enfance et la Jeunesse qui se tient du 16 septembre 2013 au 04 octobre 2013 à Dakar, est dirigé par Prof. Auma Okwany de l’Université Erasme de Rotterdam aux Pays-Bas.

La table ronde sera animée par :

Sophie Turpin Bassama

Sophie Bassama Turpin est titulaire d’un PHD en sciences de l’éducation de l’Université de Montréal au Canada.
De 1980 à 1987, Sophie Bassama Turpin a été inspectrice de l’éducation préscolaire chargée de la supervision et de l’encadrement des écoles maternelles de Dakar (Inspection d’académie de Dakar). En 1988 elle est recrutée comme enseignante chercheur au département de formation des corps de contrôle et d’encadrement de l’éducation nationale de l’Ecole Normale Supérieure de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar devenue aujourd’hui la Faculté des sciences et techniques de l’éducation et de la formation (FASTEF). Depuis 2000, Sophie Bassama Turpin est inspectrice générale de l’éducation nationale (IGEN) chargée de l’enseignement élémentaire et de l’éducation préscolaire.

Sophie Bassama Turpin est l’auteur de nombreuses publications scientifiques parmi lesquelles « La case des tout-petits au Sénégal » dans la Revue internationale d’éducation de Sèvres (2010), L’enfant de la Médina et son éducation : les représentations des parents et des enseignants, éd. Université de Montréal, 494 p. (1996). Elle a aussi en 2012, sous sa direction et aux Editions universitaires européennes, publié un ouvrage intitulé L’éducation préscolaire au Sénégal.

Sophie Bassama Turpin est la directrice de publication de la Revue africaine Petite enfance de la FASTEF dont le premier numéro est sorti en avril 2013.

Ramatoulaye Ndao Diouf

Madame Ramatoulaye Ndao Diouf est diplômée de l’Institut de la Communication et des Médias de l’Université Stendhal à Grenoble (France). Après sa maîtrise en communication et son diplôme d’ingénieur en multimédia, elle intègre comme attachée de presse le cabinet de communication de la présidence de la République du Sénégal. En 2004, elle décide de faire un Master en communication ((option communication pour le développement) à l’UQAM, l’Université du Québec à Montréal. A son retour en 2006, elle réintègre la Présidence de la République pour travailler sur les questions relatives à la prise en charge des enfants vulnérables. En 2007, elle est nommée conseillère spéciale du Président de la République pour les questions relatives aux enfants. Elle est la coordonnatrice de la Cellule d’Appui à la Protection de l’Enfance (CAPE) créée par arrêté présidentiel n°02131 du 12 mars 2008 et logée à la Présidence de la République.

Madame Ramatoulaye Ndao Diouf a beaucoup collaboré avec l’UNICEF et la Banque Mondiale dans le cadre de la prise en charge de la situation des enfants vulnérables et notamment ceux dits « enfants de la rue ».

Lamine Daffé

Diplômé de l’école Internationale des Relations Internationales (ILERI), Lamine DAFFE a bâti une solide expérience dans le domaine de la lutte contre la traite des personnes au sein des agences spécialisées comme l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM) et l’Organisation des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC). En effet, entre 2009 et 2013, il a occupé le poste de chef de projet de l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM), chargé de l’assistance aux victimes de la traite en Afrique occidentale et centrale, en collaboration avec les représentants du gouvernement et de certaines ONG locales. Il avait auparavant, de février 2009 à juin 2009, travaillé au Mouvement contre Les armes Légères en Afrique de l’Ouest (MALAO). Aujourd’hui, Lamine Daffé est coordinateur de projet à l’Organisation des Nations Unies contre la Drogue et le Crime où il apporte son savoir-faire en matière d’assistance technique aux Etats dans les domaines, principalement du renforcement des capacités institutionnelles, du développement du cadre légal de lutte, de la sensibilisation et de l’assistance aux victimes de traite en particulier des enfants. Son appui cherche à ce que la problématique de la traite puisse être davantage prise en compte dans les documents de planification formulés par les Etats.

Ian Wopwood

Ian Hopwood est diplômé des universités d’Aberystwyth (Royaume-Uni) et de Cornell (États-Unis). Il possède une vaste expérience dans la planification, l’évaluation, l’analyse et le plaidoyer politique en particulier dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la politique sociale et de la protection de l’enfance. En effet, il travaille depuis 40 ans dans le domaine du développement, principalement dans les missions de l’UNICEF en Afrique, en Asie et les pays du Golfe arabe. Il a été représentant de l’UNICEF à trois reprises, en Guinée, en Zambie et au Sénégal. A ce titre, il a participé activement au processus de réforme des Nations Unies, y compris la mise en œuvre de la Déclaration de Paris, l’élaboration des stratégies de réduction de la pauvreté, et des OMD. De 1996 à 2000, il a été chef de l’évaluation au siège de l’UNICEF et a joué un rôle central dans le développement de l’évaluation des politiques et procédures de l’UNICEF. Il s’est engagé depuis longtemps dans l’amélioration des pratiques d’évaluation et d’apprentissage organisationnel et le renforcement des liens entre la recherche, la politique et la pratique.
Depuis sa retraite de l’UNICEF, Ian Hopwood est actif dans les domaines de la politique, de la planification et de l’évaluation, notamment en soutenant l’Association d’évaluation Sénégal, l’enseignement M & E à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar(Sénégal). L’UNIDEP, l’Institut Africain de la Gouvernance, Save the Children font appel à son expertise. Ian Hopwood est membre de l’African Evaluation Association (AFREA) et participe régulièrement aux conférences de l’American Evaluation Association et de l’Association américaine des études africaines.

Ces différents panélistes partageront durant la table ronde leur expérience sur le thème avec une vingtaine de participants de l’Institut venant de différents pays du continent et de la diaspora.

Une traduction simultanée en anglais/français et une diffusion en direct sur le site web du CODESRIA, sur facebook, sur twitter et sur youtube seront assurées pendant la table ronde.

Une exposition-vente des livres du CODESRIA sera organisée avec une réduction de 30% sur les prix.

octobre 1er 2013



Commentaires