Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Edition 2018 de l’Ecole d’été du CODESRIA/CASB

Nombre de visites : 0

La troisième édition de l’Ecole d’été du Conseil pour le Développement de la Recherche en Sciences sociales en Afrique (CODESRIA) et du Centre d’études africaines de Bâle (CASB) a eu lieu du 20 au 24 août 2018 à Dakar. L’objectif de l’Ecole d’été est de stimuler et de consolider les approches interdisciplinaires de la recherche sur l’Afrique, mais aussi sur d’autres régions du monde. Cette année, l’Ecole d’été se focalise sur les « études africaines et africanistes ». Elle cherche à identifier des thèmes qui sont, théoriquement, conceptuellement et méthodologiquement pertinents pour la réflexion sur le défi intellectuel de l’Afrique en tant qu’objet d’études.
Lors de la cérémonie d’ouverture de l’Ecole d’été, qui se tient dans les locaux du CODESRIA à Dakar, les participants ont observé une minute de silence à la mémoire de l’éminent professeur Samir Amin, premier Secrétaire exécutif et un des membres fondateurs du CODESRIA, retiré à notre affection récemment. Dans ses remarques préliminaires, le Secrétaire exécutif, Dr Godwin Murunga, a souligné l’importance de l’Ecole d’été en tant qu’initiative visant à renforcer la coopération avec les études africaines tout en soulignant le rôle essentiel du CODESRIA dans la production de connaissances qui défie le regard européocentriste sur l’Afrique.

Lors de la séance d’ouverture, le Centre d’études africaines de l’Université de Bâle et la Fondation Oumou Dilly étaient respectivement représentés par Elisio Macamo et Noemi Steuer et Lucy Koechlin.
Cette édition de l’Ecole d’été a attiré environ 300 candidatures dont une quinzaine seulement ont été sélectionnées. Les lauréats venus de 11 pays africains ont participé à cette rencontre qui a eu pour thème : « Études africaines et africanistes : d’où regardons-nous ? »




Commentaires