Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا


Institut sur les Sciences Humaines du CODESRIA : Essence(s), diversité et économies des arts (pan)-africains - (Re)construire et confronter les mémoires et les futurs

25/02 – 1/03 / 2019, Ouagadougou, Burkina Faso

Nombre de visites : 0

Le Conseil pour le développement de la recherche en Sciences Sociales en Afrique (CODESRIA) en partenariat avec l’Institut des Sciences des Sociétés (INSS), organise un institut sur le thème : « Essence(s), diversité et économies des arts (pan)-africains - (Re)construire et confronter les mémoires et les futurs ». L’institut a débuté le 25 février et prendra fin le 1er mars 2019 à Ramada Pearl Hotel de Ouagadougou. L’organisation d’un institut en marge du Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou (FESPACO) a été pendant des années, une occasion pour le CODESRIA et ses partenaires de rassembler des chercheurs, artistes et praticiens pour discuter de thèmes brûlants dans les domaines des sciences humaines. Pour l’institut de 2019, le CODESRIA a invité les artistes, chercheurs et praticiens à réfléchir sur les questions suivantes : Pouvons-nous confronter le(s) passé(s) des arts (pan) africains sans le/les (re)construire ? Quelles sont les structures qui entravent ou facilitent notre engagement dans la construction de l’avenir des arts africains ? Qu’est-ce que cela signifie de parler de l’essence ou des essences des arts (pan) africains ? La création d’économies des arts africains rend-elle impossible la sauvegarde d’une essence stable ? Ou, la construction d’une essence est-elle la base même de l’élaboration des économies des arts (pan) africains ? Dans quelle mesure et de quelle manière l’idée de diversité, comprise dans ses dimensions spatiales et temporelles, peut-elle interagir avec la notion d’essence (s) et l’élaboration d’économies d’arts (pan) africains ?




Commentaires