Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا
Dans la meme rubrique

Document(s)
⋄ Soutien aux écoles doctorales, à la reconstruction d’infrastructures savantes et de communautés académiques en sciences humaines dans les universités africaines : Appel à propositions
⋄ Support to Doctoral schools, Re-building scholarly infrastructures and academic communities in the Humanities in African Universities : Call for Proposals


Soutien aux écoles doctorales, à la reconstruction d’infrastructures savantes et de communautés académiques en sciences humaines dans les universités africaines : Appel à propositions

Date limite de soumission des candidatures : 30 mars 2020

Nombre de visites : 0

Avec le soutien financier de la Fondation Andrew W. Mellon, le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) est heureux de lancer cet appel à propositions avec pour objectif de soutenir les écoles et facultés de sciences sociales et humaines et les écoles doctorales dans l’organisation d’interventions de renforcement de capacités dans l’enseignement et la recherche en sciences humaines dans leurs institutions. L’initiative fait progresser le travail du CODESRIA dans le renforcement des bases institutionnelles pour la production de connaissances en sciences sociales et humaines dans les universités africaines. Elle est liée au Plan stratégique 2017-2021 du Conseil dont le titre est « Vers de nouvelles frontières dans la recherche en sciences sociales et la production de connaissances pour la transformation et le développement de l’Afrique ».

Cet « appel à propositions » procède des efforts du CODESRIA pour le repositionnement et le renforcement de la recherche et l’enseignement des sciences humaines dans les universités africaines. L’objectif global est la génération d’universitaires et de connaissances qui permettent aux peuples du continent de (ré) imaginer et de (re) créer des communautés meilleures, plus libres, plus durables et plus inclusives. Le CODESRIA estime que concentrer ces efforts sur les écoles doctorales, et soutenir les initiatives de reconstruction de communautés savantes dans les institutions par des interventions telles que la tenue de séminaires et ateliers académiques, d’ateliers d’écriture et de publications, et d’ateliers qui initient des superviseurs de doctorants aux cadres et méthodologies disciplinaires concourra potentiellement à recréer la culture d’excellence académique dans l’enseignement et la recherche dans les humanités. La stratégie ici sera de soutenir les activités qui contribuent à relancer les infrastructures d’enseignement et de recherche dans les humanités, y compris le soutien aux séminaires et ateliers facultaires, et à la publication et la diffusion dans les facultés.

Créé en 1973, le CODESRIA est une organisation panafricaine dédiée au développement en Afrique qui, à travers les sciences sociales et humaines, promeut la recherche sur les questions les plus fondamentales. Le CODESRIA a pour ambition d’amplifier les voix des universitaires africains et de la diaspora des sciences humaines et sociales (SSH) sur les questions les plus importantes de la vie africaine en soutenant la recherche, la formation, la publication, la diffusion et le plaidoyer. Ce faisant, le CODESRIA est un partenaire stratégique pour les établissements d’enseignement supérieur et les centres de recherche en Afrique, ainsi que pour les acteurs et décideurs politiques dont le travail pourrait bénéficier de connaissances fiables. Les SSH dans les établissements d’enseignement supérieur en Afrique ont eu un passé difficile dans la recherche d’ancrage au sein de ces établissements. Au cours des deux premières décennies de création de la plupart des universités africaines, ces disciplines ont aspiré à un espace à la fois en termes de création d’une communauté universitaire africaine autochtone et d’un programme d’études pertinent qui s’articulaient avec les impératifs de développement politique et socio-économique du continent africain. Cela a aidé les SSH dans les institutions naissantes qui, en termes d’orientations pédagogiques et épistémologiques, ont fourni des plateformes sur lesquelles étaient fondées la quête d’indépendance politique et d’autodétermination nationale des pays africains, et leur recherche ultérieure de plans de développement après l’indépendance. La crise de financement qui a frappé les institutions dans les années 80 et le déclin qui a suivi dans les années 90 ont mis les SSH dans une situation précaire. Aujourd’hui, les disciplines de SSH sont sous-financées. Cela est dû en partie aux thèses néolibérales répandues selon lesquelles les STEM sont la solution aux besoins de développement de l’Afrique. Les établissements continuent de sous-financer les infrastructures de SSH, les inscriptions d’étudiants chutent, et les infrastructures de production de la prochaine génération de chercheurs en sciences sociales et humaines sont à peine suffisantes.

Les propositions financées dans le cadre de cet appel seront soumises par des individus, des groupes d’écoles supérieures ou doctorales et/ou des facultés ou départements d’enseignement en SSH.

Les propositions doivent porter sur l’une des activités suivantes :

  • L’appui au renforcement des aspects administratifs des écoles doctorales en sciences humaines, y compris les questions liées à la réforme des programmes, aux pratiques de supervision des doctorants et au mentorat des professeurs pour la supervision des cycles supérieurs ;
  • Les interventions de reconstruction et de recréation d’infrastructures scientifiques et de communautés universitaires en SSH en organisant des séminaires facultaires, le renforcement de revues et conférences facultaires, des systèmes de revitalisation de cultures fortes d’ateliers et de séminaires, etc.
  • Le soutien aux ateliers d’écriture savante et de publication académique en sciences humaines, ciblant en particulier les doctorants et les universitaires en début de carrière.

Les propositions soumises devront comprendre les éléments suivants :

  1. Une proposition de concept de 10 pages décrivant l’activité à soutenir, comment elle sera organisée, si elle sera organisée conjointement avec des écoles doctorales / facultés d’autres institutions, le nombre de participants ciblés et comment elle s’intègre dans le cadre académique général de l’établissement et le Plan stratégique du CODESRIA tels que décrits dans cet appel. Seront également inclus les extrants et résultats globaux attendus de l’activité. Il sera également important de montrer comment l’institution entend soutenir ces activités sur une base annuelle.
  1. Une lettre d’accompagnement d’un administrateur principal de l’établissement et une autre du doyen de la faculté/directeur d’école proposant d’accueillir l’activité ;
  1. Un budget détaillé indiquant le montant du financement requis pour l’organisation de l’activité. Toute indication de soutien de l’activité par l’institution proposée pour accueillir l’activité sera un avantage supplémentaire lors de l’examen global de la proposition.
  1. La durée de l’activité (le CODESRIA soutiendra des activités d’une durée de 5 à 10 jours ouvrables) et organisée dans des environnements institutionnels.

Les institutions qui seront soutenues dans le cadre de cet appel soumettront au CODESRIA un rapport scientifique publiable des réalisations, et des prochaines étapes. Les documents complets de candidature seront postés sur la plateforme de soumission du CODESRIA https://codesria.org/submission/?lang=fr




Commentaires