Council for the Development of Social Science Research in Africa
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
Conselho para o Desenvolvimento da Pesquisa em Ciências Sociais em África
مجلس تنمية البحوث الإجتماعية في أفريقيا
Dans la meme rubrique

Document(s)
⋄ Institut des sciences humaines 2020 : Appels à candidatures de directeur, personnes-ressources et lauréats
⋄ 2020 Humanities Institute : Call for Director, Resource Persons and Laureates


Institut des sciences humaines 2020 : Appels à candidatures de directeur, personnes-ressources et lauréats

Thème : Nouvelles frontières dans l’enseignement et la recherche en sciences humaines dans les universités africaines

Dates limites de candidature :
Directeur : 15 février 2020
Personnes - ressources : 15 février 2020
Lauréats : 1 mars 2020

Date de l’Institut : 13 - 24 avril 2020

Lieu : Gaborone, Botswana

Nombre de visites : 0

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique, le (CODESRIA) invite les candidatures d’universitaires et de chercheurs africains dans les sciences humaines à la session 2020 de l’Institut des sciences humaines. Le thème choisi pour l’Institut est « Nouvelles frontières dans l’enseignement et la recherche en sciences humaines dans les universités africaines ». Cet institut sera organisé conjointement par le CODESRIA et l’Académie des sciences humaines en Afrique, à Gaborone (Botswana).

Au cours des deux dernières décennies, l’enseignement et la recherche en sciences humaines en Afrique des universités ont décliné, dû en partie aux politiques nationales et externes pour plus d’investissements dans les disciplines STEM. Les sujets STEM sont présentés comme offrant de meilleurs choix pour le développement de l’Afrique. Bien qu’il semble y avoir un accord émergent dans le monde que les humanités sont et devraient constituer un élément important de l’enseignement supérieur dans le développement des sociétés. Pourtant, les universités en Afrique continuent de sous-financer les humanités. Par conséquent, la qualité de l’enseignement et de la recherche dans les humanités a été minée en partie parce que l’infrastructure pour la production de connaissances dans la plupart des institutions, y compris de programmes de doctorats et post-doctorats, sont au bord de l’effondrement. De plus, peu a été fait pour réviser les contenus traditionnels des humanités et accueillir les nouveaux domaines d’études et/ou disciplines. L’impact global a été la dévaluation de l’important rôle des sciences humaines en tant que force d’interrogation des valeurs, principes et histoire de l’humanité dans la plupart des universités du continent. Il y a donc besoin d’interventions afin d’explorer de nouvelles théories et méthodes sur lesquelles fonder la production de connaissances pertinentes dans les humanités, et peut-être suggérer des moyens d’élargir la portée des humanités dans les universités du continent, au-delà des disciplines académiques traditionnelles.

Deux récits cadrent le statut des sciences humaines dans les universités africaines. Le premier est que les universités africaines s’inscrivent des nombreux étudiants dans la faculté de sciences humaines et sociales, ce qui explique l’augmentation du chômage des diplômés et l’inadéquation des compétences. Le second est que les programmes d’études en sciences humaines et sociales dans les universités africaines ne pourraient être pertinents que dans la mesure où les perspectives intellectuelles des sciences humaines et sociales enrichissent l’étude et la production de connaissances dans les STEM et d’autres domaines professionnels perçus comme plus pertinents pour les besoins de développement de l’Afrique. Il manque dans ces récits toute tentative d’explorer comment les sciences humaines et sociales s’enrichiraient par elles-mêmes. L’émergence de nouvelles façons d’étudier et de produire des connaissances en sciences humaines, y compris de nouveaux domaines tels que les sciences humaines numériques, les sciences de l’environnement, les sciences de l’énergie, les sciences médicales et les sciences humaines publiques, offre aux universitaires africains l’occasion d’examiner la constitution de ces nouveaux domaines afin de renforcer et accroître la pertinence des sciences humaines enseignées et recherchées en Afrique.

L’Institut proposé vise de jeunes universitaires des humanités dans les universités du continent, et est conçu comme une intervention importante dans cette quête de renouvellement. Les universitaires en début de carrière ( ECA) sont ceux qui enseignent dans les universités africaines et qui ont terminé leur doctorat au cours des cinq dernières années. Généralement, les candidats sont des personnes à la recherche de possibilités de carrière et de perfectionnement professionnel grâce au soutien à la formation de la recherche et de l’entreprise de recherche indépendante, et la publication dans des revues de qualité. Dans la conception de propositions de candidatures à l’Institut, les candidats sont encouragés à se concentrer sur l’exploration de ce qu’apporterait les nouveaux domaines aux nouvelles perspectives intellectuelles à l’étude des sciences humaines dans les universités africaines, et le type d’infrastructures académiques institutionnelles nécessaires pour soutenir l’apprentissage, l’enseignement et la recherche dans les nouveaux domaines . Grâce à l’Institut sur les humanités, le CODESRIA tente de familiariser les ECA à l’exploration de nouveaux terrains de recherche et de construction d’une solide communauté qui peut répondre aux questions complexes liées à ces terrains Les instituts du CODESRIA sont un forum à travers lequel les universitaires en début et en milieu de carrière dans les universités africaines réfléchissent sur un thème commun comme moyen de renforcer les compétences de recherche des universitaires. L’objectif général de cet Institut sera de permettre aux ECA de travailler avec des collègues plus expérimentés afin de développer leurs idées sur de nouvelles frontières d’enseignement, de recherche et d’écriture dans les arts et humanités en Afrique.

Les candidats qui présentent des propositions pour examen en tant que personnes-ressources et les lauréats sont donc encouragés à interroger les nouvelles tendances émérgentes d’enseignement et de recherches sur les humanités du continent, par de nouveaux domaines d’études, et les théories et les cadres pour mieux engager le travail dans le contexte des nouvelles tendances de la connaissance .

Organisation

Les activités de tous les instituts du CODESRIA sont organisées autour des présentations de chercheurs africains, de personnes-ressources et de participants dont les candidatures ont été sélectionnées. Les sessions sont dirigées par un Directeur qui, avec l’aide de personnes-ressources, veille à ce que les lauréats soient exposés à un large éventail de questions conceptuelles,théoriques et de recherche. Chaque lauréat est tenu de préparer un document de recherche qui sera présenté au cours de l’Institut. La version révisée de ce document de recherche sera soumise à l’évaluation par les pairs pour éventuelle publication par le CODESRIA. Le Centre de documentation et d’information du CODESRIA (CODICE) mettra à la disposition des participants une bibliographie exhaustive sur le thème de l’Institut. L’Institut se tiendra en anglais et en français grâce à l’interprétation simultanée.

Admissibilité et sélection

Directeur

Le Directeur de l’Institut devra être un universitaire senior censé apporter le leadership intellectuel de l’Institut. Le Directeur devra également avoir une expertise prouvée, une profondeur intellectuelle et une réflexion originale sur le thème de l’Institut telles que démontrées par ses recherches et publications. Dans le cadre du processus de candidature, les personnes intéressées devront fournir une proposition de 15 pages abordant généralement le thème de l’Institut et un plan de cours sur dix jours indiquant les principaux sujets à couvrir avec les lauréats de l’Institut.

Les candidatures pour le poste de directeur sont composées comme suit :

  • une lettre de candidature ;
  • une proposition d’au plus 15 pages, contenant le plan du cours et expliquant en quoi le cours est original et adapté aux besoins des futurs lauréats, en mettant spécifiquement l’accent sur les questions conceptuelles et méthodologiques à traiter, un examen critique de la littérature et de l’éventail des questions soulevées par le thème de l’Institut ;
  • un curriculum vitae détaillé et à jour ; et
  • trois échantillons d’écrits en rapport avec le thème de l’Institut.

Le Directeur coéditera les versions révisées des articles présentés par les personnes-ressources et les lauréats avec pour objectif de les soumettre au CODESRIA pour publication.

Personnes ressources

Les cours dispensés par les personnes-ressources pendant la session auront pour objectif d’offrir aux lauréats l’opportunité de faire évoluer leurs réflexions sur le thème de l’Institut et sur leurs propres recherches. Les personnes-ressources doivent donc être des chercheurs séniors ou à mi-carrière ayant largement publié sur le thème de l’Institut, et ayant une importante contribution à apporter aux débats. Ils devront produire des supports de cours qui serviront de sujets de réflexion et inciteront les lauréats à participer aux discussions et aux débats autour des conférences et de la littérature générale disponible sur le thème. Ils contribueront également à la bibliographie exhaustive développée par le CODICE.

Une fois sélectionnées, les personnes-ressources devront :

  • soumettre une copie de leurs exposés pour reproduction et distribution aux participants au plus tard une semaine avant la date de début du cours ;
  • leurs cours, participer aux débats et commenter les propositions de recherche des lauréats ;
  • soumettre une version révisée de leurs documents de recherche pour évaluation par le CODESRIA aux fins de publication au plus tard deux mois après leur présentation.

Les candidatures de personne-ressource comprendront :

  • une lettre de candidature ;
  • deux échantillons d’écriture en rapport avec le thème de la session ;
  • un curriculum vitae ; et
  • une proposition d’au plus cinq (5) pages, décrivant les questions traitées par l’exposé proposé.

Lauréats

Les candidats doivent être des universitaires africains en sciences humaines qui ont obtenu leur doctorat au cours des cinq dernières années et, avec une capacité avérée à mener des recherches sur le thème de l’Institut. Les intellectuels actifs dans les arts et les sciences humaines travaillant en dehors des universités sont également encouragés à postuler. Le nombre de places offertes par le CODESRIA pour cette session de l’institut est limité à quinze bourses.

Les candidatures pour les lauréats doivent inclure :

  • une lettre de candidature ;
  • une lettre indiquant l’affiliation institutionnelle ou organisationnelle ;
  • un curriculum vitae ;
  • une proposition de recherche, comprenant une analyse descriptive du travail entrepris par le candidat, un aperçu de l’intérêt théorique du sujet choisi par le candidat, ainsi que le lien entre ce sujet et la problématique et les préoccupations du thème de la session 2020 de l’Institut sur les humanités.
  • deux lettres de recommandation d’universitaires et / ou de chercheurs reconnus pour leur compétence et leur expertise dans le domaine de recherche du candidat (géographique et disciplinaire), y compris leurs noms, adresses, téléphone, e-mail, numéros de fax.

Un comité indépendant composé d’éminents chercheurs sélectionnera les candidats admis à l’institut.

Toutes les candidatures (de directeur, de personnes ressources et de lauréats) seront soumises par voie électronique via le lien https://codesria.org/submission/?lang=fr




Commentaires